sábado, 20 de febrero de 2010

AU MATIN AUSSI.


Parfois, je te rêve ainsi dans ta nudité.
Au matin d’un rayon de soleil, éclairée
Dans les draps froissés d’une nuit passion

Ton parfum m’emplissant de bonheur
J’hésite, admirant ta croupe désirante
Ta voie comparable à celle d’une déesse

Je m’essaye aux subtiles caresses
De ton dos vers ta fente, qui brille
Guidant mon sexe vers ton sexe

Dans le tumulte, chaque cri de ta bouche
Est un poème à l’amour dédié
Et je meurs dans la danse de tes hanches