lunes, 13 de diciembre de 2010

Larme bleue.



Guette bien fantôme
sans yeux,
Elle est à moi jusqu’à l’aube,
chaque nuit sans faillir,
dans le rêve
qui nous fait défaillir,
guette, fantôme, guette
les jaloux d’or
qui veulent entendre nos cœurs.

Mais je dois partir, malgré moi,
Elle me trouble au soir des poètes,
et je ne guéris pas de l’aube,
ni des espaces,
le chagrin ne fait que croître
dans les ondulations de lune.
-Ne le vois-tu pas ? -

Gardez-vous fantômes translucides,
il se pourrait que d’une larme
morte, je vole vôtre royaume.

2 comentarios:

Ricardo Miñana dijo...

En estas fechas tan entrañables que la armonía, paz y felicidad entren en tu casa.
¡¡FELIZ NAVIDAD!!

Un abrazo.

Respirando entre palabras. dijo...

Je Ne Pas Réalisé.
Je l'explique?