miércoles, 1 de diciembre de 2010

Demande-moi



Demande-moi de renoncer,
au frémissement de mon corps,
quand je croise ton regard.
Demande-moi de renoncer,
à la chaleur de tes doigts,
sur ma main,
quand tu veux une cigarette.
Demande-moi de renoncer,
à la folie, incrédule de beauté,
quand j’entends le son de ta voix.
Demande-moi de renoncer,
au tango de tes hanches,
quand tu montes la rue.
Demande-moi de renoncer,
à la saveur de ta bouche,
Demande-moi de renoncer,
au spectacle de tes mains,
quand tu peints tes lèvres.
Demande-moi de renoncer,
à la beauté des tes gestes,
élégants et subtiles.
Demande-moi de renoncer,
à ce sentiment qui dissout
la vulnérabilité lyrique.
Demande-moi de renoncer,
à la grâce des mots trajectoires.
Demande-moi de renoncer,
au rêve de lire ensemble
jusqu’au bout de la nuit.
Demande-moi de renoncer,
aux secrets de ton corps.
Demande-moi de renoncer,
aux filigranes
dans le tourbillon des désirs.
Demande-moi ce que tu veux,
prive-moi de tout, même de toi,
mais ne me demande pas de cesser de t‘aimer,
ça je ne le peux pas.